• « La politique touche à tout et tout touche à la politique. Dire qu’on ne fait pas de politique, c’est avouer que l’on n’a pas le désir de vivre. »

    « La politique touche à tout et tout touche à la politique. Dire qu’on ne fait pas de politique, c’est avouer que l’on n’a pas le désir de vivre. »

  • Ruben Um Nyobè

  • Accueil
  • > Bretagne
  • > Le rassemblement à gauche selon le Parti Socialiste breton: les disou et les faisou

Le rassemblement à gauche selon le Parti Socialiste breton: les disou et les faisou

Posté par fantasio22 le 1 février 2010

 Le Parti Socialiste breton, entre volonté affichée de « rassembler à gauche » et pratiques hégémoniques dans les faits (les « disou » et les « faisou » pour reprendre une expression qu’affectionne J-Y Le Drian).

Jean-Yves LE DRIAN, sûr de sa force, ne veut ni du PRG ni du MRC sur sa liste aux régionales. 

0ledrian3panneau.gif  0ledrian4parking.jpg  0ledrian2panneau1.gif

 1) Il n’y aura aucun représentant du PRG sur la liste PS menée par J-Y LE DRIAN, en dépit d’un accord national entre leurs deux formations qui « prévoyait explicitement la candidature de Jeanne Larue (Vice-Présidente sortante) en Ille-et-Vilaine et celle de François Bouriot (Maire de Trélévern, Vice-Président de Lannion-Trégor-Agglomération) dans les Côtes d’Armor, en places éligibles au premier comme au deuxième tour. »

« Quand on demande trop on finit par avoir moins ! » rétorque Jean-Yves LE DRIAN.

Point n’est pourtant nécessaire de « trop demander » pour ne rien obtenir… On peut obtenir tout autant (c’est à dire RIEN) en demandant très peu…

2) Le président sortant de la Région Bretagne aura-t-il en effet le culot d’user du même argument concernant le MRC, qui souhaitait en tout et pour tout présenter l’unique candidature de Luc Foucault, maire de Séné (commune morbihanaise de 8000 habitants), candidature pourtant rejetée après que le PS ait laissé entrevoir jusqu’à la dernière minute un accord possible?

On précisera que contrairement au cas du PRG, aucune explication n’a été apportée par le PS concernant le rejet de la candidature MRC, et que c’est en lisant la presse que ce dernier a appris qu’il n’aurait finalement pas de représentant au sein de la liste menée par J-Y Le Drian. 

 Le Parti socialiste breton est sûr de sa force, et pense n’avoir pas besoin de ses « petits » partenaires.

 

0logops1.jpg 0muscu.gif 

 

Le rassemblement à gauche, après tout, c’est bon pour les périodes de campagne présidentielle ou de second tour d’élection législative, quand le candidat PS a besoin de ratisser large et d’afficher l’union à gauche pour les besoins de sa communication.

Il aime alors à solliciter des intervenants de ces « petits partis » pour afficher une dynamique unitaire dans ses meetings, pour ajouter quelques logos de partenaires sur ses affiches… Mais « sacrifier » ne serait-ce qu’une seule place en position éligible sur une liste aux régionales sur l’ensemble des 4 départements bretons, et ainsi  permettre à ces petits partis de porter leurs idées en accédant aux responsabilités … Vous n’y pensez pas! Il s’agit de choses sérieuses, les places!!!

Même une seule, non, décidément, c’est déjà trop!!!  Le sacrifice est trop lourd… Et d’entonner le refrain, la main sur le coeur: « J’voudrais bien (ouin-ouin-ouin…), mais j’peux point (ouin-ouin-ouin…) !!! « 

 0logopsmrcprg.jpg

Il y a quelque chose d’assez désespérant et de démobilisateur dans ce Parti Socialiste-là, incapable de voir plus loin que le bout de son nez… Abordant chaque élection l’une après l’autre, sans vision globale, sans projet pour l’avenir, sans ambition pour la gauche, et surtout sans respect pour ses partenaires de combat

Les « places », oui… Les membres du PS auront des « places »… Qu’ils en fassent bon usage, puisqu’il s’agit-là de leur Saint-Graal…

 0graal.gif   0religion.gif

Mais que le Parti Socialiste ne vienne pas s’étonner si les classes populaires ne croient plus en lui, de plus en plus imitées en cela par les classes moyennes, si les véritables débats se déroulent ailleurs qu’en son sein,  si des électeurs (et pire, des militants) de gauche de plus en plus nombreux vont « voir ailleurs » et ne lui font pas confiance pour gouverner le pays.

         0logops.jpg               0pinocchio009.gif

Pour donner vie au rassemblement de la gauche, c’est vrai: il y a les « disou«  et les « faisou«  

Mon grand-père, dans son bocage vendéen, utilisait plutôt l’expression « ça qu’y dit, pis ça qu’y fait »

Mais l’idée est bien la même…

Mais pourquoi diable, après tout, voudriez-vous que le Parti Socialiste change une méthode qui a « fait ses preuves » (sic) au plan national depuis un certain 21 avril 2002  ?

21avril.jpg

Une Réponse à “Le rassemblement à gauche selon le Parti Socialiste breton: les disou et les faisou”

  1. gg dit :

    Pas besoin d’aller si loin.Expérience vécue dans le pays de St Brieuc…
    Quand quelqu’un du PS vient vous chercher pour être sur une liste de gauche aux municipales en tant que sympathisant de la gauche non encarté et que vous êtes élu , vous perdez votre indépendance .Un leader du PS parle et prend des positions en votre nom sans vous demander votre avis( les fameux  » apparentés  » ).Tant que votez comme le PS , vous êtes des leurs .Si vous faites un vote en désaccord , ils ne sont pas concernés puisque vous n’êtes pas au PS.

Laisser un commentaire

 

moiosu |
SpotReport44 |
Actualités et Sondage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'envers du décor
| meteojerem
| La Fontaine de Maintenon